Origine


Le Cerf, une force d’action et de propositions au service des TPE.

Le Cerf c’est d’abord un nom : les créateurs d’emplois et de richesse de France, qui sonne comme un slogan, presque une revendication. Son objectif est double : rendre leur fierté aux chefs d’entreprise en rappelant la place, le rôle majeur qu’ils occupent dans la société.

L’association Créateurs d’emplois et de richesse de France (Cerf) est une organisation patronale qui relaye les revendications des patrons, notamment des TPE, auprès du gouvernement et des parlementaires. Le Cerf se revendique ainsi comme lanceur d’alertes et lobbyiste, le positionnant comme le mouvement patronal des TPE, pour un syndicalisme du 21ème siècle.

2003, une année charnière pour les TPE

L’augmentation importante du nombre de défaillances d’entreprises coïncide avec la mise en place des 35 heures.

50 000 entreprises disparaissent entraînant la destruction de 70 000 emplois non salariés et de 200 000 emplois salariés.

Malgré leur importance dans l’économie et le financement de la solidarité, les très petites entreprises sont mal défendues sur ce dossier. Les organisations patronales laissent filer les 35 heures.

Il existe, en 2003, une carence de représentation des TPE au sein des organisations patronales. Ces syndicats ne jouent pas pleinement leur rôle de corps intermédiaires : ils ne relaient pas les attentes et les inquiétudes qui émanent du terrain, et n’avertissent pas l’exécutif des évolutions de la conjoncture.

Les intérêts des TPE ne sont pas non plus pris en compte par les pouvoirs publics. Elles n’apparaissent pas dans les statistiques publiques : l’Insee n’a pas de visibilité réelle sur les entreprises qui réalisent moins de 1,5 million d’euros de chiffre d’affaires ; 750 000 euros pour la Banque de France. Or une TPE, 95% des entreprises en France, réalise en moyenne un chiffre d’affaires inférieur à 400 000 euros… Quant à l’Acoss, elle publie, chaque trimestre, le niveau d’emploi dans les entreprises de plus de vingt salariés !

Louis Lambel prend alors la décision de créer les Créateurs d’Emplois et de Richesse de France (Cerf).

Le Cerf lance et porte dès lors la proposition d’exonération des charges sur les heures travaillées au-delà de la 35e heure. Le Cerf est également la seule organisation patronale à interpeler le gouvernement et les politiques, sur les défaillances d’entreprises, le revenu des patrons et la baisse du pouvoir d’achat.

En 2008, le Cerf est la première organisation à lancer l’alerte sur ce qui révélera être la plus grave crise économique depuis des décennies.

Le parcours de Louis Lambel

Louis Lambel est issu d’une tradition d’entrepreneurs et d’artisans connue pour les « Escargot Lambel » et le commerce de fruits de mer. Il reprend sa première entreprise à 30 ans et se lance avec succès dans différentes activités commerciales du secteur alimentaire et non alimentaire : restauration, commerce de vêtements, chaussures, jouets, quincaillerie, immobilier… Il lance les premiers menus à prix fixe en restauration, inaugure les premières boutiques dans le métro, le CNIT La Défense, les premières boutiques uniquement consacrées à l’avènement du collant, le premier parking souterrain sous un immeuble à Paris… L’essentiel de sa carrière se fera cependant autour du Passage du Havre et de la Gare Saint-Lazare, qui reste encore aujourd’hui le meilleur emplacement commercial d’Europe.

Parallèlement, Louis Lambel mène une longue carrière syndicale. S’engageant rapidement dans la représentation professionnelle après la guerre, il sera plus tard l’un des fondateurs de la CGPME à Paris auprès de Lucien Rebuffel en 1977. Dès le début des années 80, il se consacre à la défense des TPE et PME au sein de plusieurs instances consulaires : Prud’hommes, Commissions départementales des baux commerciaux et des impôts, Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, Conseil Economique et Social Régional d’Ile-de-France… Il sera décoré de l’Ordre du Mérite.

La défaillance des organisations dites représentatives, tant syndicales que consulaires, sur des sujets comme les 35 heures et le développement de la grande distribution, le conduisent à créer l’Union des Très Petites Entreprises (UTPE), devenue en 2003, les Créateurs d’Emplois et de Richesse de France (Cerf).

Louis Lambel est décédé le 18 août 2009.