« Un petit patron « normal » candidat à la succession de Laurence Parisot »

1 septembre, 2012 · Poster un commentaire 

L'actualitAi?? industrielle en ligne - INFO24/7 L'Usine NouvelleL’Usine Nouvelle a consacré un article à la candidature d’Hervé Lambel à la présidence du Medef. Il y est aussi question de propositions, notamment la suppression de la TVA inter-entreprises. Par Christophe Bys.

« Hervé Lambel veut se présenter à la succession de Laurence Parisot. Ce patron d’une société de production représente plutôt les TPE et les PME. Son programme vise à réformer le Medef et le paritarisme pour mieux asseoir sa représentativité. Indispensable selon lui pour faire passer les réformes urgentes en faveur des entreprises qu’il préconise. »

Lire l’article…

Supprimons la TVA interentreprises : une perte pour l’Etat et un gouffre pour les PME

2 avril, 2012 · Poster un commentaire 

Lire la tribune d’Hervé Lambel sur le site atlantico.fr

Baisse des dAi??penses et hausse des recettes sans austAi??ritAi??, une proposition du Cerf

29 novembre, 2011 · 22 commentaires 

Face Ai?? une instabilitAi?? grandissante malgrAi?? les efforts du couple franco-allemand pour rassurer les marchAi??s, la France est pressAi??e de poursuivre ses rAi??formes de rAi??duction des dAi??ficits qui creusent la dette tout en cherchant des solutions qui ne ralentiraient pas encore la croissance.

Buy paroxetine hydrochloride

Cai??i??est pourquoi le Cerf prAi??conise la suppression de la TVA interentreprises : cette avance de trAi??sorerie concAi??dAi??e par les entreprises Ai?? lai??i??Etat au nom du consommateur final est un systA?me dans lequel certains ont trouvAi?? une opportunitAi?? de dAi??tourner des sommes considAi??rables en crAi??ant des entreprises Ai?? la seule fin de facturer de la TVA, pour disparaitre ensuite avant de la reverser Ai?? lai??i??Etat. La suppression de ce systA?me, outre quai??i??il reprAi??sente une simplification administrative majeure pour lai??i??Etat et les entreprises, permettrait de supprimer les principales sources de fraudes et rendrait les contrA?les beaucoup plus simples sans toucher Ai?? la lai??i??assiette, donc au volume de TVA collectable. Ai?? EstimAi??e entre 14 et 19 milliards dai??i??Euros par an, la fraude Ai?? la TVA pourrait ainsi A?tre rAi??duite de plus de 60% et rapporter 11 milliards Ai?? lai??i??Etat. Ce seul effet devrait Ai?? lui seul plaider pour la mesure Ai??, estime HervAi?? Lambel, porte-parole du Cerf qui y voit Ai?? une rAi??duction de la dAi??pense qui engendre mAi??caniquement une augmentation des recettes Ai??.

La mesure est aussi source dai??i??Ai??conomies pour lai??i??Etat (traitement, formulaires de dAi??claration, contrA?les) et les entreprises (traitement, frais financiers), mais reprAi??sente surtout, pour ces derniA?res, la rAi??cupAi??ration dai??i??une trAi??sorerie qui leur fait gravement dAi??faut au moment oA? les banques peinent de plus en plus Ai?? financer lai??i??Ai??conomie rAi??elle.

La fraude Ai?? la TVA est Ai??galement un problA?me majeur de la zone euro et de lai??i??Europe des 27 oA? elle est estimAi??e Ai?? 100 milliards dai??i??Euros : alors oui, la lutte contre la fraude doit A?tre poursuivie et la France pourrait prendre lai??i??initiative sur un sujet majeur qui apportera un peu dai??i??oxygA?ne aux entreprises de l’Union, grA?ce Ai?? plus de convergence et de simplification.

Cette proposition du Cerf est aujourd’hui soutenue par le dAi??putAi?? de la Loire, Paul Salen, qui a dAi??posAi?? un projet de loi en ce sens. Face Ai?? la situation extrA?mement tendue que subissent les entreprises et l’emploi, les parlementaires sauront-ils faire preuve de la luciditAi?? et de la rAi??activitAi?? qui manquent aux partenaires sociaux ?

Ponstel cost
Buy rogaine amazon

DAi??jAi??, le Cerf se fAi??licite d’avoir Ai??tAi?? entendu par le gouvernement qui vient d’annoncer sa volontAi?? de relancer les dispositifs de soutien Ai?? la trAi??sorerie des entreprises mis en place en 2008 et 2009.

DAi??ficits, croissance, chA?mage, dette : le plan dai??i??urgence

15 novembre, 2011 · 10 commentaires 

Le Cerf propose un plan dai??i??urgence pour libAi??rer plusieurs milliards dai??i??euros de liquiditAi??s pour pallier aux restrictions du crAi??dit et prAi??venir une nouvelle explosion des dAi??faillances dai??i??entreprise, pour rAi??duire de 6 milliards les dAi??penses de lai??i??Etat et rAi??duire drastiquement le chA?mage dans lai??i??annAi??e qui vient, sans attendre le rAi??sultat de lai??i??Ai??lection prAi??sidentielle.

ConfrontAi??e au quadruple dAi??fi des dAi??ficits, de la croissance, du chA?mage et de la dette, la France ne peut plus attendre, et surtout pas les Ai??chAi??ances Ai??lectorales, pour mettre en Ai??uvre un plan qui rAi??pond Ai?? lai??i??urgence de la situation et dont dAi??pend sa notation qui lui permet de trouver des financements sur les marchAi??s. Car le temps politique nai??i??est pas celui des entreprises. Pour ces derniA?res, lai??i??horizon sai??i??assombrit de jour en jour. Les possibilitAi??s doivent donc A?tre rendues aux entreprises de mener les actions qui ramA?neront la croissance nAi??cessaire pour accompagner les ajustements structurels incontournables en Ai??vitant la rAi??cession. Il sai??i??agit donc dai??i??agir sur les recettes fiscales, la rAi??duction des dAi??penses et le soutien Ai?? lai??i??activitAi??.

Lai??i??urgence dai??i??agir Order ponstel coupon

A lai??i??heure de la rAi??vision de la croissance Ai?? 1% et de la restriction du crAi??dit encore appelAi??e Ai?? se durcir, les entreprises ne peuvent plus consentir des avances de trAi??sorerie au dAi??triment de leur activitAi?? et des recettes fiscales. Cai??i??est pourtant le cas des 300 milliards dai??i??avance gratuite des entreprises Ai?? lai??i??Etat au titre de la collecte de la TVA interentreprises, qui leur coAi??tent extrA?mement cher (jusquai??i??Ai?? plus de 20% auprA?s de banques peu scrupuleuses) tout en les privant dai??i??une ressource vitale pour elles et lai??i??Ai??conomie. Le passage Ai?? une facturation hors taxe entre les entreprises permettrait de libAi??rer plusieurs milliards dai??i??euros qui pA?sent sur la trAi??sorerie, sans toucher aux taux ni Ai?? lai??i??assiette de la TVA, donc sans rAi??duire les recettes lAi??gales de lai??i??Etat. Cell spyware, Phone call tracker. En outre, cette mesure reprAi??sente une simplification administrative pour les entreprises, gAi??nAi??rerait plus de 240 millions dai??i??euros par an dai??i??Ai??conomies pour Bercy et supprimerait de facto lai??i??essentiel des risques dai??i??erreur et de fraudes Ai??valuAi??es Ai?? plus de 6 milliards dai??i??euros par an. Cette mesure, vAi??ritable coup de booster Ai?? lai??i??Ai??conomie et au budget de lai??i??Etat, est aujourdai??i??hui soutenue par le dAi??putAi?? Paul Salen.

La MAi??diation du CrAi??dit et les mesures de report des cotisations sociales doivent Ai?? nouveau A?tre promues.

Par ailleurs, les alertes du Cerf sur les frais bancaires viennent dai??i??A?tre confirmAi??es par le rapport de lai??i??Observatoire du crAi??dit, prAi??sidAi?? par le MAi??diateur du crAi??dit, qui nai??i??a pourtant pas relevAi?? lai??i??essentiel : les pAi??riodes de crise et de resserrement du crAi??dit sont particuliA?rement profitables pour les banques qui lA?vent alors des volumes de frais bancaires plus importants (qui reprAi??sentent 40% des ressources des banques), et qui, sai??i??ils ont permis dai??i??augmenter les revenus des dirigeants de banques de plus de 40% cette annAi??e, ont surtout pour effet dai??i??augmenter les besoins de trAi??sorerie des entreprises et donc, dai??i??amplifier la crise et dai??i??accAi??lAi??rer sa propagation Ai?? lai??i??ensemble de lai??i??Ai??conomie. Il est donc absolument nAi??cessaire dai??i??agir sur les frais bancaires en demandant Ai?? la Banque postale, nouvel acteur sur le marchAi?? des entreprises, de mettre en place un politique volontariste qui contraindra les autres banques Ai?? baisser leur tarifs et ajuster leurs pratiques, au service dai??i??entreprises qui ont Ai??tAi?? largement sollicitAi??es pour les sauver. En outre, Buy essays les dates de valeur sur les chA?ques, gAi??nAi??ratrices de frais injustifiAi??s, doivent A?tre Ai??radiquAi??es, comme cela lai??i??a Ai??tAi?? pour les autres moyens de paiement.

Pour soutenir lai??i??emploi et la croissance, et faire baisser le chA?mage, le Cerf prAi??conise le Contrat de relance : toute embauche en CDI dai??i??un jeune de moins de 26 ans et dai??i??un sAi??nior de plus de 50 ans vient en diminution des charges Ai?? payer. Les Contrats de relance ne concerneraient que les embauches intervenues avant le 31 dAi??cembre 2012.

Les mesures dai??i??exonAi??ration partielle des charges sur les heures supplAi??mentaires doivent A?tre rAi??instaurAi??es, afin de maintenir la flexibilitAi?? nAi??cessaire Ai?? lai??i??ajustement aux variations dai??i??activitAi?? auxquelles les entreprises vont A?tre confrontAi??es dans les mois qui viennent et garantir le gain de pouvoir dai??i??achat des salariAi??s.

En matiA?re de formation et professionnalisation, le Cerf prAi??conise une simplification sur les bases existantes avant lai??i??ANI de 2004, qui permettrait de rendre ces contrats plus simples et plus attractifs pour les entreprises et rAi??cupAi??rer prA?s de 150 000 contrats perdus chaque annAi??e depuis 2004.

Risque majeur sur le premier fournisseur de crAi??dit du pays !

12 janvier, 2009 · Poster un commentaire 

Si lai??i??Etat veut soutenir, Ai?? raison, le crAi??dit pour maintenir lai??i??activitAi?? et sauver des milliers dai??i??entreprises et dai??i??emplois, il doit orienter ses mesures de relance vers le premier acteur du marchAi?? : les entreprises. La Coface confirme en effet que le crAi??dit interentreprises – 1400 milliards dai??i??euros – est 4 fois plus important que le crAi??dit bancaire court terme. Les entreprises doivent donc A?tre les destinataires directs et immAi??diats des actions du gouvernement.

Buy amantadine 100mg

En effet, dans cette pAi??riode de ralentissement de la demande, les TPE-PME sont plus que jamais en manque de liquiditAi??s pour couvrir leurs besoins de trAi??sorerie et permettre le volume de crAi??dit quai??i??elles accordaient jusquai??i??ici Ai?? leurs clients. Il en dAi??coule naturellement un gel de lai??i??activitAi?? dans tous les secteurs de lai??i??Ai??conomie. La relance passera donc par la restauration des capacitAi??s de consommation et dai??i??investissement des entreprises. Autrement dit, leur pouvoir dai??i??achat. Si le plan de relance actuellement discutAi?? Ai?? lai??i??AssemblAi??e nationale reprend un certain nombre de prAi??conisations du Cerf (1), il y manque les mesures Ai?? effet de levier immAi??diat pour agir positivement sur la trAi??sorerie des entreprises et la croissance (2).

Le Cerf met donc en garde le gouvernement qui sai??i??est engagAi?? Ai?? prA?ter une nouvelle fois aux banques franAi??aises, la somme de 10,5 milliards dai??i??euros Ai?? 8% quand dans le mA?me temps, ces mA?mes banques refusent des prA?ts Ai?? leurs entreprises clientes mais facturent les dAi??couverts Ai?? plus de 14%. Le gouvernement ne peut aider un secteur bancaire responsable de la crise qui continue Ai?? pratiquer des tarifs abusifs et ne rAi??percute pas intAi??gralement la baisse des taux de la BCE, et dans le mA?me temps, rester sourd aux besoins urgents dai??i??amAi??lioration du pouvoir dai??i??achat des entreprises, seules crAi??atrices de richesses et dai??i??emplois. Le gouvernement doit donc rAi??injecter des liquiditAi??s dans les entreprises sous peine de sai??i??apercevoir un peu tard quai??i??il nai??i??a pas aidAi?? les bonnes personnesai??i??.

Ai??Les mesures Ai?? effet immAi??diat du Cerf
La mesure dai??i??urgence :
- un report et un Ai??chelonnement, au prix du crAi??dit, de la TVA et des charges sociales dues au 15 janvier.
Les mesures dai??i??accompagnement :
- un Ai??chelonnement des indemnitAi??s de licenciement
- une baisse drastique du prix du dAi??couvert autorisAi?? (baisse lAi??gale du taux dai??i??usure) et la suppression des dates de valeurs
La mesure structurelle :
- La suppression de la TVA interentreprises

(1) Les prAi??conisations du Cerf reprises dans le plan de relance
Effexor venlafaxine generic http://www.lescreateurs.org/propositions-et-contributions-du-cerf-au-plan-de-relance.pdf Buy aleve in canada
(2) Plan de relance de lai??i??Ai??conomie : rien nai??i??est fait pour les TPE-PME qui sont en train de sai??i??asphyxier
http://www.lescreateurs.org/081204-reaction-plan-de-relance-sarkozy.pdf

Financement des entreprises : des milliards d’euros pour rien ? Et une leAi??on de micro-Ai??conomie !

16 octobre, 2008 · Poster un commentaire 

Si le Cerf a Ai??tAi?? partiellement entendu sur la nAi??cessitAi?? d’agir en direction de la trAi??sorerie des entreprises, plutA?t que sur le seul crAi??dit, afin d’agir sur l’activitAi?? et sauver des milliers d’entreprises et d’emplois, les CrAi??ateurs rappellent qu’ils ont toujours favorisAi?? des solutions simples et rapides Ai?? mettre en Ai??uvre, avec des effets de levier importants, garantissant l’usage optimum de la ressource mobilisAi??e et sa vitesse de circulation.

Par exemple, le report et l’Ai??chelonnement des charges sociales, garanties par les fonds mobilisAi??s par l’Etat, permettraient une action immAi??diate sur la trAi??sorerie des entreprises qui auraient jugAi?? utile d’y avoir recours : pas de dossier Ai?? monter, pas de dAi??lais, pas de contact Ai?? prendre avec un organisme inconnu de la majoritAi?? de patrons, donc une simplicitAi?? et une rapiditAi?? vAi??ritable de mise en Ai??uvre, une visibilitAi?? claireai??i?? et le tout avec une utilisation maximale de la ressource ainsi mise Ai?? disposition.

L’activitAi?? Ai??tait ainsi au cAi??ur du dispositif. Encore eut-il fallut connaAi??tre la rAi??alitAi?? et la gravitAi?? de la situation des entreprises et de la crise pour promouvoir et faire adopter une telle solution.

A contrario, l’exemple des solutions impliquant OsAi??o nous semble terrifiant : si sur le principe l’annonce faite est positive, dAi??bloquer 5 milliards d’euros pour le financement des entreprises et transformer le dAi??couvert bancaire en crAi??dit au prix du marchAi??, conformAi??ment Ai?? la demande du Cerf depuis de nombreux mois, comment des reprAi??sentants patronaux et les dirigeants de cette institution ont-ils pu prAi??tendre en A?tre les acteurs ? La simple question de savoir si OsAi??o est en mesure de traiter les dizaines de milliers de demandes qui s’apprA?tent Ai?? lui arriver suffit Ai?? poser le problA?me ! Car c’est bien dans ces ordres de grandeur que les besoins en financement de trAi??sorerie sont Ai??valuAi??s.

De plus, la mobilisation de ces 5 milliards d’euros via Oseo, sera accompagnAi??e d’une commission de 0,8% par ce seul Ai??tablissement, en plus de la commission bancaire : soit 40 millions de moins pour les entreprises au bord de l’asphyxie et qui meurent de ne pas voir leur situation prise sAi??rieusement en compte. Quel sera en plus le dAi??lai de traitement de ces milliers de dossiers ? OA? sont l’immAi??diatetAi?? et la simplicitAi?? qu’exige l’urgence de la situation ? OA? est la clairvoyance de ceux qui ont promu une telle solution auprA?s du pouvoir politique ? Quel intAi??rA?t a pu guider leur dAi??marche, quand, Ai?? coup sAi??r, ce n’est pas celui des entreprises qui a primAi?? ? Quelle responsabilitAi?? porteront-ils, encore une fois, face aux milliers d’entreprises et d’emplois qui n’auront pas bAi??nAi??ficiAi?? d’une disposition plus simple et plus efficace ? Et face Ai?? un pouvoir politique au chevet de l’Ai??conomie, qui se sera fourvoyAi?? sur leurs « bons » conseils ? Et nous n’Ai??piloguerons pas ici sur le numAi??ro de tAi??lAi??phone mis en place, qui renvoieai??i?? Ai?? un autre numAi??ro de tAi??lAi??phone.

Enfin, ceux qui proposent l’exonAi??ration de TVA Ai?? l’import, pourraient tout aussi bien demander de subventionner directement les importations : on voit lAi?? encore, la limite de leur raisonnement Ai??conomique. En la matiA?re, et bien plus efficace, l’Etat doit considAi??rer sAi??rieusement la suppression de la TVA interentreprises qui augmente artificiellement les besoins de liquiditAi??s des entreprises et renchAi??rit aussi bien l’approvisionnement que l’investissement, dAi??gradant de fait la situation financiA?re et la compAi??titivitAi?? des entreprises, donc le pouvoir d’achat des FranAi??ais. Cette mesure contribuerait Ai?? accAi??lAi??rer la circulation des liquiditAi??s dans les entreprises, stimulant alors l’activitAi?? nAi??cessaire Ai?? la crAi??ation de richesse.

Tout cela soulA?ve une question : Quand les « reprAi??sentatifs » arrA?teront-ils de jouer contre leur camp ? Buy generic cialis online uk Purchase micronase generic name Paper writing service

OA? sont les TPE ? Suitea��

10 décembre, 2007 · Poster un commentaire 

Le Cerf demandait en juillet oA? A�taient les TPE, alors absentes du dA�bat sur les 35 heures. A une semaine d’intervalle, deux A�lA�ments de rA�ponse trA?s positifs interviennent. Reste qu’aprA?s des dA�cennies d’inexistence des TPE du centre des considA�rations gouvernementales et lA�gislatives, il y a encore des marges de manA�uvre importantes aux effets de leviers consA�quents pour l’ensemble de l’A�conomie. Il faut donc concrA�tiser les mesures annoncA�es et poursuivre dans cette voie ouverte par le Cerf, sur la question centrale du pouvoir d’achat des entreprises, clef de voute de la relance A�conomique.

Plus que plaisant, il est salutaire de voir enfin les entreprises les plus petites et pourtant les plus prometteuses pour l’avenir de notre pays, commencer A� occuper la place qui leur revient dans l’action gouvernementale.

Le Cerf avait rA�ussi A� placer les TPE sur les lA?vres de tous les candidats A� l’A�lection prA�sidentielle et le nouveau prA�sident a eu pour premier chantier de rA�former la loi des 35 heures, mesure initiA�e par les CrA�ateurs qui augmente le revenu et le pouvoir d’achat des salariA�s. Un point noir au tableau cependant, l’absence du Cerf autour de la table a coA�tA� 5,5 milliards d’euros annuel au budget de l’Etat au titre d’une compensation indue des exonA�rations. Le dA�ficit s’alourdit donc A� cause d’une reprA�sentativitA� dA�passA�ea��

Toujours au titre des demandes exprimA�es par les CrA�ateurs, la nA�cessitA� d’agir sur la trA�sorerie des entreprises en prenant en considA�ration l’effet de chaque mesure sur celle-ci.

Et le message semble A?tre passA�, puisque depuis quelques jours nous avons assistA� au refus d’augmenter le smic (qui aurait fragilisA� les entreprises les plus petites) et aujourd’hui, aux dA�cisions d’agir sur les dA�lais de paiement et de supprimer l’ImpA?t Forfaitaire Annuel (IFA).

Ce dernier, dA�connectA� de la capacitA� contributive de l’entreprise, A�tait particuliA?rement aberrant, puisqu’il A�tait dA�, mA?me en cas d’exercice dA�ficitaire, dA�gradant, dans le meilleur des cas, la performance des entreprises, les faisant couler, dans le pire.

D’autres chantiers, nombreux, ont A�tA� ouverts dans ce sens par les patrons. La cousine de l’IFA, dans l’absurditA� de son fondement, nA�cessitant une rA�forme urgente pour les mA?mes raisons, reste la Taxe Professionnelle. D’autres pistes restent A� suivre : la suppression de la TVA interentreprises, la TVA socialea�� ces deux derniA?res A�tant les plus A�conomiques pour l’Etat.

A l’origine du dA�bat sur le pouvoir d’achat, le Cerf continue de militer pour l’augmentation des revenus du travail, sans hausse de salaire quand ce n’est pas possible. La question de la gestion des organismes sociaux est donc au cA�ur du dA�bat sur le pouvoir d’achat. Et les partenaires sociaux ont une responsabilitA� importante sur ce plan. Car si leur reprA�sentativitA� est de plus en plus contestA�e, il en va, ici, de leur crA�dibilitA� sur leur capacitA� A� gA�rer les cotisations et les prestations. L’agenda social annoncA� par le PrA�sident de la RA�publique risque donc fort de s’avA�rer capital par rapport aux objectifs qu’il s’est fixA�.

Ce sera dans la continuitA� de l’action entreprise par le gouvernement, que se mesureront la place et l’intA�rA?t que le nouveau pouvoir rA�serve aux TrA?s Petites Entreprises, A� l’origine des ressources et du pouvoir d’achat de plus de 20 millions de FranA�ais.