MIN de Rungis : qui pourrait le négliger ?

3 décembre, 2010 · Commentaires fermés 

Le MIN de Rungis est incontestablement un des acteurs majeurs de lai??i??Ai??conomie de la RAi??gion Ile-de-France, tant sur le plan de lai??i??activitAi??, que de lai??i??emploi et du rayonnement international de notre territoire. Il fallait donc lui donner une place prAi??pondAi??rante dans la reprAi??sentation des entreprises du commerce de gros Ai?? la Chambre de Commerce. Seul le Cerf a fait ce choix pour cette Ai??lection capitale. Nous vous invitons Ai?? faire connaissance avec les candidats du Cerf de la catAi??gorie Commerce de plus de 10 salariAi??s.

Yann Berson dirige aujourdai??i??hui la sociAi??tAi?? Di SpAi?? RAi??, 7,5 millions dai??i??euros de chiffre dai??i??affaires avec 15 salariAi??s. Grossiste en charcuterie, crAi??Ai??e en 1975 et implantAi??e sur le MIN de Rungis dA?s 1978, cette activitAi?? visait au dAi??part Ai?? complAi??menter l’approvisionnement de la clientA?le que servaient Annie et Fernand BERSON dans plusieurs salaisons franAi??aises rAi??putAi??es d’oA? le nom de la sociAi??tAi?? : DIffusion de SPEcialitAi??s REgionales. En septembre 1993, DiSpéRé, pour faire face à l’accroissement d’activitAi??s, s’agrandit et dAi??mAi??nage 29 Rue de NAi??mes oA? elle est actuellement. Di SpAi?? RAi?? a toujours Ai??tAi?? attachAi??e Ai?? la dAi??couverte des meilleurs produits de nos provinces franAi??aises et Ai??trangA?res et est, depuis plus de trente ans, au service de la qualitAi??. Ses spAi??cialitAi??s sont principalement les charcuteries rAi??gionales.

« Lai??i??innovation est importante, mais, Ai?? l’arrivAi??e, les basiques gAi??nA?rent toujours plus de 70 % des ventes Ai??, constate Yann Berson Ai?? et, globalement, seul le Cerf le rappelle dans les instances qui pensent quai??i??il ne faut regarder que vers une innovation, qui, en plus, nai??i??existerait que dans les nouvelles technologies. A ne pas considAi??rer les bons supports de croissance, on prend le risque de se tirer une balle dans le pied, cai??i??est-Ai??-dire de perdre les entreprises qui tirent vAi??ritablement lai??i??activitAi??. »

Philippe Guyot, PrAi??sident dai??i??All Fresh Logistique, spAi??cialiste de la restauration hors foyer installAi?? sur Eurodelta avec un entrepA?t de 10300mA?, rAi??alise un Chiffre dai??i??affaires consolidAi?? de plus de 150 millions dai??i??euros avec 320 collaborateurs, 2000 clients. AFL est l’un des grands distributeurs de fruits et lAi??gumes, mais aussi de poissons et de fruits de mer sur Paris et sa rAi??gion. Les clients d’AFL comprennent les grands groupes de la restauration hors foyer, des grandes et moyennes surfaces, des grossistes et primeurs ainsi que des restaurants et hA?tels de prestige.

« Nous sommes considérés aujourd’hui comme un gros. Mais cela n’a pas toujours été le cas. Mon père Jacques a créé la société SPEIR, grossiste en fruits et légumes à Rungis. Nous n’étions pas dix. J’ai ensuite eu la chance, comme beaucoup d’autres fils de mandataires à Rungis de travailler avec mon père. Sa force de travail, sa vision, mais aussi ses qualités humaines exceptionnelles et, enfin, la confiance qu’il m’a témoignée, m’ont permis de reprendre une entreprise que nous avons pu développer pour nous imposer sur le marché, localement et à l’international. Mais rien n’est jamais acquis. Bien sûr, nous poursuivons notre développement, qui aujourd’hui s’inscrit dans le développement durable. Je pense d’ailleurs que notre devoir est de soutenir cette mutation des modes de consommation. A nous, professionnels, de la faire durer… Concernant la Chambre de commerce, je parle de ce que je connais et nul ne démentira l’importance du MIN et la nécessité d’y apporter une attention toute particulière. J’ai par ailleurs été juge au Tribunal de Commerce : au-delà de mon expérience personnelle, j’ai donc eu à traiter des difficultés des entreprises. C’est parfois terrifiant.

Le Cerf défend l’activité et la diversité des entreprises, c’est essentiel. Et son action depuis 2003 a été déterminante sur bien des sujets, notamment les 35 heures et la réforme des heures supplémentaires. J’ai très bien connu Louis Lambel, le fondateur du Cerf, dont les conseils m’ont souvent guidé et j’ai toujours souscrit à sa vision : les petits sont soit les clients, soit les fournisseurs des gros, tout le monde doit donc prendre conscience de la nécessité de mieux s’occuper des TPE et des PME. Ce sont les raisons de mon engagement. »

Pour une Chambre de commerce qui défende les professionnels
Pour une Chambre au service des entreprises,
votez et faites voter (grossistes et clients) pour les candidats du Cerf, soutenus par Hervé Lambel.

LA SEULE LISTE PROPOSANT UN BILAN, UN PROGRAMME, DES PROPOSITIONS ET ACTIONS CONCRETES.

MIN : 50 000 euros pour trahir les professionnels !

1 décembre, 2010 · Commentaires fermés 

En période d’élections consulaires, l’évolution de la loi encadrant les Marchés d’Intérêt National (MIN) et impliquant la suppression du périmètre de protection des MIN tels que Rungis, reste un sujet d’une brûlante actualité. Chaque professionnel sait que cette modification des textes met en danger la survie des entreprises exerçant sur les MIN en livrant les grossistes à l’appétit féroce de la grande distribution, comme le groupe METRO à l’origine du changement de la loi. Le distributeur n’a d’ailleurs pas caché sa satisfaction et vient d’annoncer la signature d’un contrat avec Auchan, pour la fourniture de produits en marque distributeur que la marque allemande pourra maintenant écouler librement. Oubliées les contraintes imposées aux grossistes depuis 40 ans, obligés de supporter des loyers et des frais de fonctionnement hors norme sur les MIN, sans aucun espoir de devenir propriétaire et sans aucune compensation au moment où toutes les contraintes, ou presque, sont levées pour les nouveaux entrants qui arrivent avec les moyens financiers de groupes internationaux.

Le groupe Metro a donc fait une opération de maître en obtenant le vote par l’Assemblée de l’amendement qui lui permet de s’exonérer d’obligations qui s’imposent à tous. Mais comment en est-on arrivé là ?

Metro n’en est pas à son coup d’essai. Déjà en 2005, il avait déposé une proposition de loi pour obtenir d’abaisser les seuils de revente à perte, soit disant au bénéfice des petits commerçants. Devant les résistances qui s’élevaient face à une nouvelle demande de la grande distribution pour fausser le marché, Metro a donc finalement fait défendre sa position par la Fédération Nationale des Epiciers (FNDE), dont il est depuis l’un des principaux sponsors.

Les stratégies qui fonctionnent ont naturellement vocation à être réutilisées. Face au blocage de fédérations entières contre la levée des périmètres de protection, METRO a donc réitéré la démarche et s’est assuré le soutien de ceux qui auraient dû la combattre. Impossible ? Tous les observateurs ont été étonnés de voir en 2010 Madame Catherine Vautrin défendre l’amendement METRO en répondant à ses contradicteurs que les professionnels étaient pour, citant le soutien de la CGPME et des restaurateurs. Il aura échappé à la députée que 2010 était l’année de l’adhésion du groupe de distribution à la Confédération, laquelle, aux dires des membres de la commission commerce, aurait perçu une cotisation de 50 000€ pour 6 mois ! Quand on sait que les principales fédérations du commerce paient des cotisations inférieures à 5 000 € par an, on comprend que la défense des pme et tpe ne soit plus aussi urgente. Et Métro de s’acheter la voix de la représentativité à bon compte. Le politique, lui, n’y voit que du feu.

Et pourtant, les MIN, ce sont 26 000 emplois et 2250 TPE-PME et presque 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Rungis, par exemple, s’adresse avant tout aux petits commerçants travaillant en magasin ou sur les marchés, aux métiers de bouche (50% des acheteurs), ainsi qu’aux restaurateurs (15%), garants de la transmission de notre patrimoine culturel, gastronomique et historique et qui participent au rayonnement de la France à l’étranger depuis des décennies, ce sont chaque jour 30.000 personnes qui vendent (1/3), achètent (1/3), préparent ou transportent (1/3) ces denrées. Le classement de la gastronomie française au patrimoine mondial de l’UNESCO en est une des nombreuses conséquences positives.

Est-on à ce point dédaigneux en France du petit et moyen commerce que nous souhaiterions voir disparaître un modèle pourtant envié à l’étranger, dont la société gestionnaire est sollicitée pour participer à la localisation, la définition, l’organisation, la conception, l’exploitation de marchés de gros dans dont nombreux pays et en particulier en Chine alors que le chef de l’Etat doit faire des pieds et des mains afin de signer des contrats pour les grandes entreprises avec l’Empire du Milieu ? Est-on à ce point d’opulence en France que nous pouvons tourner le dos à un secteur dans lequel nos TPE et PME dégageait 7,6 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2007 ?

Peut-on dès lors laisser la CGPME prendre en main la destinée des entreprises en la plaçant à la tête de la Chambre de commerce comme elle l’ambitionne ? Il est essentiel que les MIN et les entreprises qui y exercent leur activité soient représentés et défendus par des chefs d’entreprises conscients des enjeux. Ce n’est qu’en élisant et en faisant élire ses candidats que le Cerf pourra poursuivre son action au service des entreprises au sein des institutions officielles, écoutées par les décideurs politiques.

Pour une véritable indépendance de la représentation des entreprises,
votez pour les candidats et la liste du Cerf, soutenue par Hervé Lambel.

LA SEULE LISTE PROPOSANT UN BILAN, UN PROGRAMME, DES PROPOSITIONS ET ACTIONS CONCRETES.

PAi??rimA?tre de protection des MIN : libAi??ralisation du commerce ou intAi??rA?ts (trA?s) particuliers ?

29 juin, 2010 · Poster un commentaire 

La bataille autour des MarchAi??s dai??i??IntAi??rA?t National (MIN) nai??i??est pas terminAi??e. Dissertation Le pAi??rimA?tre de protection des MIN supprimAi?? en premiA?re lecture Ai?? lai??i??AssemblAi??e nationale Ai?? la demande du groupe Metro, a Ai??tAi?? rAi??tabli au SAi??nat. Lai??i??AssemblAi??e a en suite adoptAi??, en seconde lecture, une position de repli subtile mais tout aussi critiquable : le rAi??gime dAi??rogatoire initialement prAi??vu fait place Ai?? un rAi??gime dai??i??autorisation sans vAi??ritable rAi??gulation… Les sAi??nateurs qui rAi??viseront cette copie Ai?? partir du 12 juillet, devront donc veiller Ai?? voter un texte qui nai??i??impose pas une concurrence dAi??loyale aux entreprises soumises aux contraintes lAi??gales des MIN, au profit de ceux qui ont pu sai??i??y soustraire. Il sera nAi??cessaire, ensuite, de faire toute la lumiA?re sur la faAi??on dont une telle modification de la loi a pu A?tre envisagAi??e et avec quelles mAi??thodes et complicitAi??s le groupe Metro a pu espAi??rer arriver Ai?? ses fins.

Le Cerf plaide de son cA?tAi?? pour le maintien des MIN, et donc des pAi??rimA?tres de protection, en raison des nombreux avantages que ce systA?me prAi??sente pour les consommateurs, les commerAi??ants, les grossistes et les producteurs : la garantie de la diversitAi??, de la qualitAi?? et de la sAi??curitAi?? des produits pour le consommateur, en raison de la traAi??abilitAi?? et de la facilitAi?? des contrA?les sanitaires ; la garantie dai??i??une rapiditAi?? de distribution des produits frais partout en France et dans le monde grA?ce Ai?? une intAi??gration logistique performante ; la garantie de lai??i??accA?s au marchAi?? pour les petits producteurs et grossistes ; la garantie de la diversitAi?? des fournisseurs pour les commerAi??antsai??i??

Cependant, le Cerf est favorable Ai?? une Ai??volution du systA?me actuel des MIN : la libertAi?? dai??i??installation Ai?? lai??i??intAi??rieur des MIN doit A?tre une rAi??alitAi??. En clair, cela signifie lai??i??extension et/ou la crAi??ation de nouveaux MIN si nAi??cessaire. Cela implique surtout la suppression du systA?me dAi??rogatoire actuel qui permet de contourner le pAi??rimA?tre deAi?? protection des MIN, dai??i??une part, favorisant lai??i??implantation de groupes de la grande distribution, et la suppression des autorisations de revente Ai?? perte, dai??i??autre part, qui se fait, au final, au dAi??triment de la filiA?re professionnelle et du consommateur. Ainsi, tous les grossistes seraient logAi??s Ai?? la mA?me enseigne et la concurrence dAi??loyale nai??i??aurait plus cours. Dai??i??autres questions pourront alors venir sur la table : celle des loyers payAi??s par les utilisateurs des MIN et, plus gAi??nAi??ralement, des diffAi??rents obstacles Ai?? lai??i??amAi??lioration du service rendu au client.

Le Cerf sai??i??Ai??tonne enfin surtout de lai??i??acharnement de certains dAi??putAi??s Ai?? supprimer le rAi??gime de protection des MIN, alors que lai??i??entrave au commerce et les effets dai??i??entonnoir proviennent en fait essentiellement des cinq centrales dai??i??achats de la grande distribution qui agissent en « super MIN » non rAi??gulAi??s. Passage obligAi?? pour accAi??der au marchAi??, elles en limitent de fait lai??i??accA?s aux petits producteurs et sont Ai?? lai??i??origine des Cheap drugs keppra positions dominantes et des multiples dAi??rives dans les pratiques commerciales… Le Cerf avait mis la commission Attali au dAi??fi de proposer de rAi??tablir vAi??ritablement la concurrence sur ce point. La saisine pour la deuxiA?me fois de la commission, dans ce contexte, conduira peut-A?tre plus de luciditAi?? et de courage. La concurrence doit A?tre rAi??tablie Ai?? lai??i??entrAi??e des magasins : cela nAi??cessite la suppression du lien dai??i??exclusivitAi?? qui existe entre les centrales dai??i??achat et les rAi??seaux de distribution, ouvrant donc la possibilitAi?? Ai?? toute enseigne, et mA?me tout commerAi??ant, de sai??i??approvisionner auprA?s du fournisseur de son choix et non auprA?s de la centrale Ai?? laquelle elle est de fait liAi??e. Les dAi??putAi??s seraient donc bien inspirAi??s de sai??i??attaquer Ai?? ces oligopoles, bien plus dommageables que lai??i??organisation des MIN, qui empoisonnent toute la filiA?re et nuisent tant aux producteurs quai??i??au pouvoir dai??i??achat du consommateur.

Je vote pour concurrence non faussAi??e

Order sarafem tablet

Suppression du pAi??rimA?tre de protection des MIN : halte Ai?? la distorsion de concurrence

26 avril, 2010 · Poster un commentaire 

Le projet de loi de rAi??forme des rAi??seaux consulaires comporte un volet sur les MarchAi??s dai??i??IntAi??rA?t national (MIN). La commission des Affaires Ai??conomiques de lai??i??AssemblAi??e nationale a adoptAi?? lai??i??amendement du rapporteur, Catherine Vautrin, consacrant la suppression du pAi??rimA?tre de protection des MIN tels que Rungis. Aujourdai??i??hui, les grossistes nai??i??ont pas le droit dai??i??exercer hors de cette zone mA?me sai??i??il existe des dAi??rogations Ai?? cette interdiction dAi??livrAi??es par le comitAi?? de tutelle des MIN, Ai??manation des ministA?res des Finances, des PME et du Commerce, de l’Agriculture et de l’IntAi??rieur : ainsi, des structures liAi??es Ai?? la grande distribution comme Metro et Promocash (filiale de Carrefour) ont pu sai??i??implanter auprA?s des diffAi??rents MIN rAi??partis sur le territoire national.

Lai??i??ennui, cai??i??est que les contraintes et les coAi??ts supportAi??s par les grossistes qui vendent sur les MIN, sont plus importants que ceux supportAi??s par ces structures dai??i??oA? une distorsion de concurrence que le lAi??gislateur doit absolument prendre en compte. De plus, cette concurrence dAi??loyale ne sera pas rAi??solue en supprimant ces pAi??rimA?tres de protection au nom de lai??i??application de la directive Services (dite « Bolkestein »). Les dispositions concernant les MIN ne sont pas contraires au principe de libertAi?? dai??i??Ai??tablissement et de prestation des services si elles s’appliquent Ai?? tous dans les mA?mes conditions, sans fermer l’accA?s au marchAi?? des nouveaux entrants : c’est Ai?? cette derniA?re question que le lAi??gislateur doit apporter une rAi??ponse en rendant possible l’installation de ces distributeurs sur les MIN au lieu de pAi??naliser les acteurs du marchAi?? soumis Ai?? ces contraintes ou les consommateurs. Ces derniers doivent en effet continuer Ai?? bAi??nAi??ficier d’une offre loyale, diversifiAi??e et de qualitAi??. Or, les MIN ont le mAi??rite dai??i??offrir un accA?s au marchAi?? pour des petites productions, des productions de niche ou Ai?? forte diffAi??renciation, qui seraient confrontAi??es Ai?? des coAi??ts Ai??levAi??s de commercialisation si elles devaient faire lai??i??objet dai??i??une prospection commerciale directe. Cai??i??est la filiA?re des circuits courts, des agriculteurs au commerce de dAi??tail, qui se verrait pAi??nalisAi??e et au final, le consommateur. Enfin, les normes et les contrA?les sont dai??i??autant plus facilement assurAi??s que le gros des produits consommAi??s transite par les MIN.

Supprimer les MIN, que des dAi??lAi??gations du monde entier viennent visiter pour sai??i??en inspirer, serait une erreur et les professionnels, qui se sont vus imposer de concentrer leurs investissements dans ces plateformes avec des loyers Ai??galement imposAi??s, seraient alors en droit de demander rAi??paration si, dai??i??aventure, la contrepartie des obligations quai??i??ils avaient Ai?? supporter, venait Ai?? disparaAi??tre.

Je vote pour le maintien des MIN et la garantie de la diversitAi?? de lai??i??offre
Ai??

Cheap naprosyn generic name Colospa online shopping Business plan