INADAPTATION DE LA PROCEDURE DE PREVENTION DES CONFLITS : LES USAGERS, CREATEURS DE RICHESSE, PRIS EN OTAGES

21 janvier, 2005 · Poster un commentaire 

Le Cerf dénonce une fois encore l’entrave faite à cette partie de la population, qui assure, chaque jour, par son travail, les ressources de la solidarité nationale et le revenu des fonctionnaires aujourd’hui en grève.

Le droit de grève est un acquis social incontestable. Mais le Cerf rappelle à ce sujet l’obligation constitutionnelle de l’Etat d’assurer les missions dont il a la charge : le service public n’échappe pas à cette règle et il est urgent que l’Etat assume ses responsabilités en garantissant l’accès aux services dont il a le monopole.

Malheureusement, la France est un Etat où seul le chef d’entreprise assume et supporte la responsabilité pleine et entière de sa fonction, le transformant bien souvent en bouc émissaire de tous les maux, laissant surtout, aux autres décideurs (politiques et administratifs) et responsables syndicaux la possibilité de se réfugier derrière un désormais tristement célèbre « responsable, mais pas coupable », qui laisse la collectivité assumer et régler par l’impôt le fruit de cette irresponsable culpabilité.

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES : BON ESPRIT, MAIS PAS SATISFAISANTE.

12 mai, 2004 · Poster un commentaire 

Les Créateurs d’emplois et de richesses de France (Cerf) rappellent que les défaillances sont principalement le fait des Très Petites Entreprises (80%), qui  représentent la première perte d’emplois dans cette situation : si la «loi de sauvegarde des entreprises» affirme sa volonté de mettre un terme à une des plaies de l’économie française, elle rate son objectif.

En effet, si le principe de la conciliation est souhaitable, il intervient déjà trop tard.

Il serait dommageable de ne pas utiliser les points de contrôle naturels que sont les services de collecte des charges sociales et de la TVA, premiers à être impayés, pour mettre en place un dispositif de prévention et venir en aide aux chefs d’entreprise, dès la première difficulté.

Prévenir, c’est, au minimum, traiter le mal dès l’origine.

Cette démarche pro-active de la part de l’administration, dès lors conseillère plutôt que répressive, laisserait toute liberté à l’entrepreneur d’utiliser le service proposé, tout en garantissant la confidentialité.

Cette solution permettrait d’agir sur le premier facteur de défaillance d’entreprise : l’isolement de l’entrepreneur.

Il faut noter l’avancée importante du projet de loi en matière bancaire, limité pourtant dans ses effets par les raisons précitées et qui se traduisent par des dettes à des organismes sociaux, rendant les négociations avec les banques plus difficiles et la mesure moins efficace qu’elle pourrait l’être.

Les Créateurs d’emplois et de richesses de France se demandent si la parole des 20 millions de citoyens vivant directement des TPE sera entendue ?

PREVENTION DES FAILLITES : LE CERF PROPOSE L’ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE…

8 novembre, 2003 · Poster un commentaire 

Hervé Lambel, vice-président du Cerf, a présenté ce vendredi, au Secrétariat d’Etat aux PME, au commerce, à l’artisanat, aux professions libérales et à la consommation, le dispositif d’Accompagnement Personnalisé, en vue de la prévention des faillites.

45 000 dépôts de bilan interviennent chaque année : 90% sont des tpe. C’est un plan social annuel annoncé de plus de 130 000 emplois qu’il convient d’enrayer.

L’Accompagnement Personnalisé, mis en place par une commission ad hoc, est déclenché automatiquement au premier retard de paiement à un organisme collecteur : URSSAF, Impôts (TVA)…  Ceux-ci servent d’outils d’alerte, en vue de rompre l’isolement du chef d’entreprise et lui apporter un soutien. Après confirmation d’une difficulté dans l’entreprise par un premier contact téléphonique, l’organisme collecteur alerte la commission appelée à intervenir.

Les mesures prises peuvent alors être de trois ordres :

  • Négociation du règlement de la dette,
  • Proposition de mise en place d’un cadre accompagnant (« gestion de crise » – « coaching »…),
  • « Mandataire remplaçant » en cas de défaillance physique du dirigeant (maladie, accident…).

La Commission de Prévention et de Soutien est constituée des partenaires traditionnels de l’entreprise et des représentants professionnels.

Ce dispositif, qui se veut global, implique fortement les organismes collecteurs en vue de pérenniser à terme leur ressources et permet à des cadres confirmés volontaires, en recherche d’emploi ou intéressés par la reprise d’entreprise, de faire bénéficier des dirigeants en difficultés de leurs compétences, tout en bénéficiant eux-mêmes d’une immersion dans des TPE.

Cette dernière expérience est déjà menée avec succès par le Cerf, en partenariat avec des associations d’aides à la recherche d’emploi des cadres.

Ont également été évoqués la proposition du Cerf sur les 35 heures, la mise en place du « chèque emploi », la création d’un Ministère et d’une administration dédiés, la prochaine émission du Cerf avec Radio Droit de Cité (Mantes-la-Jolie) pour promouvoir l’entreprise auprès des jeunes.

La prévention par l’environnement

Enfin, il a été salué les mesures déjà prises, en particuliers dans la Loi Initiative Economique, mais rappelé la nécessité de placer les TPE, du fait de leur rôle centrale dans l’économie, la création de richesse et sa répartition, au cœur de toute décision économique, sociale et fiscale.