La dAi??fiscalisation des heures supplAi??mentaires protA?ge les emplois

6 avril, 2010 · Poster un commentaire 

De brillants Ai??conomistes et de non moins brillants hommes politiques, syndicalistes et journalistes, qui n’ont malheureusement jamais travaillAi?? de leur vie,Ai??ont pris lai??i??habitude de crier haro sur la dAi??fiscalisation des heures supplAi??mentaires entrAi??e en vigueur le 1er octobre 2007. Avec le bouclier fiscal, le « travailler plus pour gagner plus » est semble-t-il une cible de choix. Par exemple, le rAi??dacteur en chef dai??i??Alternatives Ai??conomique, Guillaume Duval reproche aux heures supai??i?? de se substituer Ai?? des emplois nouveaux : 676 millions dai??i??heures supplAi??mentaires rAi??alisAi??es en 2009 Ai??quivalent, selon lui, Ai?? 434 000 emplois temps plein. Un calcul mathAi??matique un rien simpliste, qui consiste Ai?? diviser le nombre dai??i??heures supplAi??mentaires totales par le nombre dai??i??heures effectuAi??es dans une annAi??e par un salariAi?? aux 35 heures : 676 000 000 dai??i??heures/1557 heures = 434 000 emplois. Hourra ! Le calcul est bon, mais le raisonnement serait rAi??futAi?? par un collAi??gien ! La mA?me erreur Ai??tait d’ailleurs Ai?? l’origine des 35 heures, avec les effets nAi??fastes qu’on leur connaAi??t.Ai??

Ainsi, oser avancer un tel raisonnement relA?ve soit dai??i??une mAi??connaissance totale du fonctionnement dai??i??une entreprise, soit dai??i??une malhonnA?tetAi?? intellectuelle abyssale : entreprise par entreprise, les heures supplAi??mentaires effectuAi??es nai??i??Ai??quivalent pas Ai?? un ou plusieurs emplois temps plein, Ai?? moins de considAi??rer que le nouveau salariAi?? puisse A?tre efficace et compAi??tent Ai?? des postes trA?s diffAi??rents – production, commercial, administratifai??i?? – et que cette personne puisse effectuer plusieurs tA?ches en mA?me temps et Ai?? plusieurs endroits diffAi??rents voire dans plusieurs entreprises si nAi??cessaireai??i?? Nul ne doute que cette perle existe, mais les syndicats auraient vite fait de dAi??noncer l’exploitation et la prAi??caritAi?? d’un tel employAi?? qui devrait avoir neuf employeurs pour atteindre 35 heures par semainesai??i??Ai??Ai??

SAi??rieusement, la dAi??fiscalisation des heures supplAi??mentaires a dai??i??abord bAi??nAi??ficiAi?? aux salariAi??s de TPE, restAi??s aux 39 heures, qui ont ainsi vu leur salaire augmenter sans mA?me travailler plus. Une aubaine pour ces millions dai??i??employAi??s qui sont statistiquement ceux qui sont les moins qualifiAi??s et qui ont donc les rAi??munAi??rations les plus faibles. A lai??i??heure oA? le pouvoir dai??i??achat fait partie des prAi??occupations des FranAi??ais, dAi??fendu opportunAi??ment par les mA?mes brillants Ai??conomistes et non moins brillants hommes politiques, syndicalistes et journalistes, qui plaident pour la relance par la consommation et qui font mine de ne pas le voir, ce supplAi??ment de salaire Ai??tait donc bienvenu. En 2008, 5,5 millions de mAi??nages ont vu leur revenu augmenter grA?ce aux seules exonAi??rations. Une arithmAi??tique qui Ai??chappe manifestement Ai?? ces grands cerveaux.Ai??

Face Ai?? la crise, ce dispositif a surtout Ai??tAi?? un des principaux amortisseurs, en permettant aux entreprises les plus petites de s’adapter pour ne pas disparaAi??tre et en maintenant dans lai??i??entreprise des salariAi??s dAi??jAi?? en poste : 70 000 emplois auraient ainsi Ai??tAi?? sauvAi??s selon lai??i??institut franAi??ais d’Ai??tudes Ai??conomiques COE-Rexecode. Lai??i??ajustement Ai?? la baisse dai??i??activitAi?? sai??i??est fait sur le nombre dai??i??heures supplAi??mentaires : -0,6% en 2009 par rapport Ai?? 2008 dans les entreprises de moins de 10 salariAi??s, -9% dans celles de plus de 10. En effet, un retournement de conjoncture se traduit dai??i??abord par un ajustement Ai?? la baisse de la durAi??e du travail qui permet Ai?? lai??i??entreprise de sai??i??adapter en temps rAi??el Ai?? la demande de ses clients. Ensuite seulement, il est mis fin aux contrats prAi??caires, puis aux emplois en CDI si la crise et la baisse du carnet de commande se prolongent. La dAi??fiscalisation des heures supplAi??mentaires, par la flexibilitAi?? qu’elle offre, est ainsi particuliA?rement adaptAi??e pour accompagner une sortie de crise dont les soubresauts infirment quotidiennement les prAi??dictions des analystes.Ai??

Enfin, les contempteurs de la rAi??forme des heures supplAi??mentaires oublient leur silence coupable sur le coAi??t rAi??el dissimulAi?? aux FranAi??ais, lors de la mise en place des 35 heures, et qui rAi??sultait de la rAi??duction de l’assiette de cotisation impliquant une compensation par l’Etat aux caisses sociales. Aujourd’hui, le coAi??t prAi??tendu de la dAi??fiscalisation, alors qu’elle ne devait rien coAi??ter au contribuable, n’est qu’un tour de passe-passe des partenaires sociaux pour rattraper l’erreur commise dix ans plus tA?t. Dommage que les idAi??ologues experts n’aient pas le courage de le dire.Ai??
Where to order stromectol

Je vote pour le maintien de la dAi??fiscalisation des heures supplAi??mentaires et demande la baisse du coAi??t du travail (pas des salaires) College essay help Cannabis seeds ottawa ontario

Le Cerf approuve les orientations prises par le chef de l’Etat mais rAi??clame une amplification des rAi??formes

7 janvier, 2010 · Poster un commentaire 

« Le prAi??sident de la RAi??publique a fait de la rAi??habilitation du travail une de ses prioritAi??s », sai??i??estAi?? rAi??joui HervAi?? lambel, vice-prAi??sident et porte-parole du Cerf, « Les CrAi??ateurs qui sont Ai?? lai??i??origine de la rAi??forme sur les heures supplAi??mentaires mise en place fin 2007, ne peuvent quai??i??approuver cette orientation. Seul le travail permet de crAi??er de lai??i??activitAi?? et de lai??i??emploi qui profitent Ai?? tous ». « Travailler plus pour gagner plus » nai??i??est pas seulement un slogan imaginAi?? par le Cerf, mais une rAi??alitAi?? pour les 5,5 millions de salariAi??s qui avant la crise ont vu leur revenu augmenter en moyenne de 150 euros par mois. Le Cerf souhaite donc que les charges qui pA?sent sur le travail et donc sur la croissance, soient fortement diminuAi??es : les CrAi??ateurs plaident pour quai??i??une partie de ces charges sociales soient transfAi??rAi??es sur une taxe sur la consommation des produits fabriquAi??s en France comme Ai?? lai??i??Ai??tranger. « Taxer la consommation plutA?t que la production est un bon moyen de rAi??habiliter le travail », a expliquAi?? HervAi?? Lambel.

Le Cerf salue Ai??galement la volontAi?? rAi??affirmAi??e du prAi??sident de la RAi??publique de ne pas augmenter les impA?ts qui pA?sent sur les entreprises et les mAi??nages. « La rAi??ussite du statut dai??i??auto-entrepreneur mis en place il y a un an montre que des charges allAi??gAi??es ont un effet positif sur la crAi??ation dai??i??entreprises », a expliquAi?? HervAi?? Lambel, « il faut maintenant tirer les consAi??quences de ce phAi??nomA?ne pour rAi??former la fiscalitAi?? des TPE sinon nous nai??i??Ai??viterons pas les effets de seuil et les effets des distorsions de concurrence avec les professionnels qui ne bAi??nAi??ficient pas de ce rAi??gime allAi??gAi?? ». Au-delAi??, le Cerf plaide depuis sa crAi??ation en 2003, pour un rAi??gime social et fiscal qui soit plus adaptAi?? Ai?? des TPE qui reprAi??sentent 95% des entreprises en France.

Le Cerf regrette que le chef de lai??i??Etat nai??i??ait pas abordAi?? dans ses voeux aux forces Ai??conomiques, les problA?mes de financements rencontrAi??s par les TPE-PME : les CrAi??ateurs demandent toujours au gouvernement dai??i??encadrer lai??i??activitAi?? de banques qui ont bAi??nAi??ficiAi?? du soutien de lai??i??Etat mais qui nai??i??ont pas tenu leurs engagements dai??i??encours de crAi??dit en 2009. « Le succA?s du MAi??diateur du crAi??dit prouve que les banques ne financent pas lai??i??activitAi?? et ont resserrAi?? le crAi??dit court terme » a dAi??plorAi?? HervAi?? Lambel, « Le Cerf insiste depuis le dAi??but de la crise sur la nAi??cessitAi?? vitale de continuer Ai?? financer la trAi??sorerie des TPE-PME. Sans couverture des besoins en fonds de roulement, ce sont des milliers dai??i??entreprises qui disparaissent alors quai??i??elles sont viablesai??i?? »

« Pour aller au bout des rAi??formes, le chef de lai??i??Etat doit prendre conscience que cela passe obligatoirement par lai??i??achA?vement de la rAi??forme de la reprAi??sentativitAi??« , a dAi??clarAi?? HervAi?? Lambel, « en effet, tant que les patrons de TPE seront mal reprAi??sentAi??s au sein des organisations patronales, leurs difficultAi??s quotidiennes ne seront pas prises en compte par le gouvernement ». Par exemple,Ai?? « Il a fallu attendre que la Banque de France publie fin 2009 les chiffres des crAi??dits de trAi??sorerie pour que la CGPME sai??i??inquiA?te de la chute des crAi??dits court terme. Il avait suffi au Cerf dai??i??Ai??couter et de lire les tAi??moignages des patrons qui lui parvenaient pour savoir que les banques Ai??taient en train de supprimer les autorisations de dAi??couvert et de couper le robinet Ai?? liquiditAi??s. Si le Cerf avait Ai??tAi?? Ai??coutAi?? plus tA?t quand nous tirions la sonnette dai??i??alarme dA?s dAi??but 2008, la Banque de France aurait pu alerter le gouvernement et nous aurions pu Ai??viter des milliers de dAi??faillances dai??i??entreprises et plus encore dai??i??emplois dAi??truits », a regrettAi?? HervAi?? Lambel. How much lady era Purchase lady era review Buying cannabis seeds legal in uk